« (…) laisser passer les mots à travers soi. »
François Gantheret, 1996